2014

On 06 June 2014 at 18:00

Nymphes et beautés célestes des temples Hoysala (XIIème - XIIIème siècle)

Ms Amina Taha Hussein-Okada

Les nymphes et les beautés célestes furent l’un des motifs de prédilection des sculpteurs de l’Inde ancienne et médiévale. Incarnations canoniquement parfaites de la beauté féminine - dont elles mettent en exergue la grâce voluptueuse et les formes sensuelles – ces « beautés célestes » (surasundarî, yakshî ou shâlabhanjikâ) furent abondamment sculptées sur les murs des temples et des sanctuaires. Dans l’Etat méridional du Karnâtaka, les sculpteurs Hoysala offrirent, de ce motif séculaire et emblématique de la plastique indienne, une interprétation singulièrement originale que déclinent, avec de subtiles variantes, les grandes effigies sculptées des temples de Belûr, de Halebîd et de Somnâthpur, bâtis au XIIème et au XIIIème siècle.

 

Lecture in French.

Back

Where

MIM

When

On 06 June 2014 at 18:00

Add to calendar

Who

Ms Amina Taha Hussein-Okada

Amina TAHA HUSSEIN - OKADA est conservateur en chef au musée national des arts asiatiques - Guimet, où elle est en charge des arts de l’Inde. Commissaire de plusieurs expositions artistiques – A la Cour du Grand Moghol (Bibliothèque Nationale, 1986), Bronzes bouddhiques et hindous de l’antique Ceylan ( Musée Guimet, 1991), L’Inde de Gustave Moreau (Musée Cernuschi, 1997), L’Âge d’or de l’Inde classique, l’Empire des Gupta (Galeries Nationales du Grand Palais, 2007), Clemenceau, Le Tigre et l’Asie (Musée Guimet, 2014) -  elle est également l’auteur de nombreux ouvrages portant sur l’art et la civilisation de l’Inde : Ajantâ (1991), L’Inde du XIXème siècle, Voyage aux sources de l’imaginaire (1991), Le Grand Moghol et ses peintres, Miniaturistes de l’Inde aux XVIème et XVIIème siècle (1992), Tâj Mahal (1993), Un joyau de l’Inde moghole, le mausolée d’I’timâd ud-Daulah ( 2003). Elle a également assuré la direction scientifique du « Râmâyana de Vâlmîki illustré par les miniatures indiennes du XVIème au XIXème siècle » (Editions Diane de Selliers, 2011 ; prix Hirayama de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ).